Je suis un gars du Kwat, je reçois les Mbenguistes

attente des mbenguistes

Après avoir passé plusieurs années au kwat avec mes potes dans le war. Certains ont eu l’opportunité de changer leur statut de crevard en mbenguistes. Ce changement est possible par la traversé d’au moins un océan qu’importe la méthode (c’est la fin qui justifie les moyens). Ces mbenguistes ont tendance à revenir en décembre, je sais toutefois qu’il y’a plusieurs paramètres qui les “obligent” à venir au pays en cette période.

  • La famille

Certains mbenguistes se retrouvent seul dans un pays voir un continent sans un membre de la famille. Revoir le sourire de maman, ses mets spéciaux faits à base d’ingrédients bio, sa chaleur aucune comparaison ne peut être fait. Regarder l’oncle ivre depuis 1972 continuer dans son système de buveur d’odontol professionnel est unique.

  • Les amis

Certes c’est possible de se faire des amis à mbeng et partout où on se trouve, mais c’est extrêmement difficile de se faire un ami comme KPWATT Gaston avec qui tu jouais au football en caleçon. Difficile de revivre certains moments en mbeng: vagabonder avec les amis du kwat à la recherche de quoi manger, tuer le temps au carrefour du secteur ou verber les meufs avec des méthodes les plus ridicules qui existent (lettres envoyées par le pot, achat de sucettes vendues chez la fille, passer sur une route sept fois pour espérer la voir,…).

  • Les meufs

J’ai mis ce point en troisième position par conformité, mais il pouvait très bien être en première position. Car tout mbenguiste qui se respecte doit aligner les filles. Il doit se “venger” des filles qui n’ont pas accepté sa drague avant qu’il ne voyage. Ce besoin il le ressent au fond de lui, car il te prévient même avant d’arriver: “bro j’arrive dans une semaine, trouves moi les contacts de toutes les filles avec qui nous avons fait Terminale”. Tu deviens un vrai proxénète. Tant qu’ils sont entre adultes consentants moi quoi dedans. Les mbenguistes sont toujours dans un état de jachère avancée, les filles du kwat sont toujours dans un état de pauvreté mentale avancée. Alors entre adultes atteints de troubles psychotraumatiques ils se soignent.

arrivée des mbenguistes

  • Les factures

C’est un fait que plusieurs mbenguistes ne veulent admettre. Le mois de décembre est aussi le mois de l’hiver (ne me pose aucune question dessus, je connais la saison de pluies et la saison sèche). C’est une période où les activités ralentissent (le pointage baisse), mais les factures grimpent (chauffage en tout genre). Alors la solution c’est de venir au pays libérer son stress entre les cuisses d’une jeune demoiselle consentante, même si le consentement avec les mbenguistes est presque toujours lié aux euros. La conversion EURO-FCFA rend toutes factures de mèches péruviennes, robes de soirées, whisky, casiers de bières, appartement de luxe, voyage en VIP et séjour à la plage quasi gratuit.

  • Le stress

Le style de vie sédentaire de mbeng contraste énormément avec notre style communautaire. La journée maison-école-boulot-maison est extrêmement épuisante, pas le temps de paresser. Au pays il y a toujours un pote qui est disponible non stop. Cet ami connais les bon plans pour déstresser il a d’ailleurs été prévenu à l’avance. Au pays tu peux dormir jusqu’à 10h, errer toute la journée, causer toute la soirée et boire toute la nuit tu ne seras pas le seul à le faire et il y aura toujours le bon plat réchauffé de maman.

Ma vision

J’aime recevoir les mbenguistes, j’aime les faire redécouvrir le pays et les personnes avec qui ils ont fait une partie de leur vie. Les gadgets électroniques, les fringues de marques, les montres, les laits de toilette, les chocolats (différents de MAMBO que je connais), les grands parfums qu’ils nous gardent à chaque retour au pays me donnent le sourire. Les sorties non stop dans les milieux que je regarde toujours de loin me plaisent, mais…

Ce que j’attends réellement de chaque mbenguiste, c’est qu’il investisse dans un projet qui pourra m’aider à ne plus vivre dans ce quartier qui s’inonde à chaque pluie, dans cette maison où les murs sont des combinaisons de tissus. Ce projet qui pourra aussi préparer son retour au pays, gérer ses factures du pays (argent pour différents problèmes familiaux). Mon ami qui est en mbeng, je suis sûr que tu m’as lu, je t’attends dans quelques jours, car nous le savons tous: L’HIVER ARRIVE.

Je ne croise pas les doigts pour t’attendre hein, je me bat comme un soldat pour mon avenir et ceux de mes proches, car je suis:

LE VARAN DU KWAT

5 Comments

  1. Hahhaha comme d’habitude tu me mets ok le vrak. Tu as bien détaillé ce pourquoi les mbenguistes arrivent et la principale est l’hiver arrive! Lol, ton style est toujours d’appoint, tu nous fais bien réaliser certains points avec les mbenguistes. Précis concis j’aime bien hahaha

1 Trackback / Pingback

  1. Je suis costaud, j’ai déjà fais le fitness - Le Varan du Kwat

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*